Les battures, un paysage à entretenir

Les battures, un paysage à entretenir

corvee-1a.jpg
corvee1b.jpg

À Saint-Augustin, le paysage est caractérisé par la présence du fleuve Saint-Laurent. Certains endroits particuliers de la ville tels que les belvédères du parc de la falaise et du parc du Haut-Fond et le chemin du Roy offrent des vues splendides sur le fleuve. Ce paysage fluvial suit un rythme bien particulier : celui des marées. Chaque jour, en un même lieu, les eaux du fleuve montent puis redescendent à deux reprises.

Ce va-et-vient des marées est particulièrement important dans la région de l’estuaire d’eau douce, comprise entre Grondines et Saint-Jean-Port-Joli. En raison du rétrécissement du lit du fleuve entre ces deux localités, les marées d’eau douce peuvent atteindre de 4 à 5 mètres d’amplitude. À titre comparatif, l’amplitude des marées ne dépasse pas 2 mètres à Sept-îles ou à Gaspé et 1 mètre aux îles de la Madeleine.

À marée basse, le Haut-Fond de Saint-Augustin se dévoile. Ce haut-fond est en fait une large bande de terre située entre la rive et le fleuve qui s’étend sur plus de 7 kilomètres de long. La présence de ce haut-fond a permis le développement d’un marais intertidal qui abrite plusieurs populations d’espèces de plantes très rares dans le monde. Ces plantes se sont adaptées aux fortes marées d’eau douce et ont colonisé le milieu.

Les phases lunaires et le dégel printanier causent une augmentation de l’amplitude des marées au mois de mai. Durant cette période, l’amplitude des marées peut atteindre 6 mètres. Ces grandes marées transportent avec elles différents débris qui échouent au printemps sur les berges du fleuve. Ces débris sont parfois d’origine naturelle par exemple lorsqu’il s’agit de troncs et de branches d’arbres. L’accumulation de végétaux contribue à la protection du littoral et favorise l’implantation de la végétation. À ces débris naturels s’ajoutent des déchets d’origine humaine tels que des bouteilles, des pneus et des sacs de plastique. Ces déchets, en plus d’être désagréables pour les promeneurs, perturbent les habitats naturels, la faune et la flore.