L'agriculture au coeur des paysages augustinois

L'agriculture au coeur des paysages augustinois

batiment-b.jpg
Batiments-a1.jpg

À Saint-Augustin, l’agriculture a longtemps été le moteur principal du développement du territoire. La présence de granges, d’étables et de caveaux à légumes parsemés le long des rangs témoigne de cette activité. Les sols y sont relativement riches et présentent un excellent potentiel pour une vaste gamme de cultures. Comme ils sont principalement composés d’argile, d’alluvions ou de dépôts de tills ils nécessitent souvent des travaux de drainage. Bien que la vocation agricole se perpétue encore à Saint-Augustin, celle-ci est en voie de mutation. Comme ailleurs au Québec, l’évolution des pratiques agricoles encourage la consolidation des entreprises, modifie l’organisation des cultures et incite à constituer de plus grandes exploitations.

Qu’en est-il du portrait actuel de l’agriculture à Saint-Augustin? Une étude sur les paysages, réalisée en 2007, par la Fondation québécoise pour la protection du patrimoine naturel (FQPPN) a permis de rassembler des données agricoles sur la portion sud du territoire de Saint-Augustin, comprise entre la route 138 et le fleuve Saint-Laurent. Sur cette portion de territoire, les surfaces cultivées occupent actuellement 635 hectares dont la majeure partie correspond à la production de maïs (205 ha). Les autres surfaces cultivées sont destinées aux grandes cultures comme l’avoine, le soya, l’orge, le foin et les pâturages. On y trouve aussi quelques productions maraîchères. Au total, il existe sept exploitations agricoles sur le territoire à l’étude soient une d’élevage de bovins de boucherie, quatre de production laitière et deux de production de fourrages.