Soirée de reconnaissance 01/12/11

Soirée de reconnaissance 01/12/11

titre-page-accueil: 
Soirée de reconnaissance de la r
texte-page-accueil: 
Soirée de reconnaissance de la réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures
grosses-images: 
_MG_8161.jpg

La soirée organisée le 1er décembre dernier par la fondation québécoise pour la protection du patrimoine naturel (FQPPN) visait à souligner la constitution de la réserve naturelle des battures de Saint-Augustin-de-Desmaures. L’activité s’inscrivait dans la foulée des actions réalisées dans le cadre des 20 ans d’intervention de la FQPPN à Saint-Augustin-de-Desmaures. L’évènement visait de plus à valoriser la participation des bénévoles au sein de l’organisation. À cet égard, les administrateurs et les bénévoles (réviseurs, webmestre, spécialistes de la récupération des déchets) ainsi que les agents de sensibilisation et chargés de projets qui ont contribué à la mise en œuvre du plan d’action de la FQPPN ont reçu une sérigraphie, don de Gilles Matte.

Cette rencontre rassemblait les instigateurs de ce beau projet, les membres de la première heure, les administrateurs actuels, les partenaires locaux et régionaux ainsi que les intervenants de la communauté scientifique qui ont été associés aux réalisations de la FQPPN. Plus d'une soixantaine de personnes ont assisté à l'évènement. La reconnaissance de la réserve naturelle a été soulignée par le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures, monsieur Marcel Corriveau ainsi que par monsieur Patrick Beauchesne, directeur du patrimoine écologique et des parcs, ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs.

Si la FQPPN a trouvé les appuis nécessaires à la réalisation de ce projet, c'est que l'estuaire fluvial du Saint-Laurent constitue un écosystème naturel unique et reconnu mondialement, caractérisé par ses eaux douces ou légèrement saumâtres et par la forte amplitude de ses marées. C'est la flore, et en particulier un groupe de plantes rencontré sur ses battures qui en a fait la renommée chez les scientifiques puisqu'elles ne se trouvent nulle part ailleurs au monde. Ces plantes qui fréquentent un habitat aux conditions extrêmement changeantes sont le résultat d'une évolution qui dure depuis près de 8 000 ans. Presque toutes représentées sur les battures de Saint-Augustin, ces plantes sont considérées par les gouvernements du Québec et du Canada comme des espèces en péril ou vulnérables en raison de leur très grande rareté. C'est le cas du gentianopsis de Victorin, de la gratiole du Saint-Laurent, de l'épilobe à graines nues et de la cicutaire de Victorin. Les battures constituent également l'habitat de nombreuses espèces d'oiseaux, de poissons, de mollusques et d'invertébrés dont quelques-unes sont menacées ou vulnérables.

POUR VOIR LES PHOTOS DE LA SOIRÉE RECONNAISSANCE ALLEZ DANS LA PAGE PUBLICATION