En 2018, la FQPPN élaborera et amorcera la mise en oeuvre d’un plan d’intervention visant le contrôle de le renouée du Japon dans le secteur de la réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures.

Ce projet a été rendu possible grâce à la contribution financière du programme Interactions communautaires et de la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures.

Détails du projet:

La réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures est un écosystème sensible abritant plusieurs espèces menacées, dont la gentiane de Victorin et la cicutaire de Victorin. L’intégrité de cet habitat exceptionnel est actuellement menacée par la présence de populations de renouée du Japon sur la batture dans la réserve naturelle. Elle est également retrouvée sur au moins une vingtaine de propriétés riveraines adjacentes et à plusieurs endroits le long de corridors de dissémination naturelle (cours d’eau, routes) qui pourraient contaminer la réserve.

Or, plusieurs populations d’espèces menacées retrouvées dans la réserve possèdent une niche écologique étroite dans le littoral du Saint-Laurent, soit le haut marais, et des capacités d’adaptation limitées. La FQPPN souhaite donc contrôler l’expansion de la renouée du Japon et limiter l’introduction de nouvelles colonies dans la réserve en impliquant la communauté riveraine.

Le projet, appuyé par le programme Interactions communautaires (PIC) et la ville de Saint-Augustin-de-Desmaures,  vise l’établissement d’un plan d’intervention pour le contrôle de la renouée du Japon dans la réserve naturelle et l’implication de la collectivité riveraine. Le plan d’intervention se décline en 3 principaux volets :

1) La planification d’actions de contrôle des colonies présentes dans la réserve naturelle des Battures-de-Saint-Augustin-de-Desmaures. Cela permettra la protection directe d’espèces menacées vulnérables via un protocole de contrôle structuré et engagé.

2) L’accompagnement initial des propriétaires riverains adjacents à la réserve dans les actions de contrôle de la renouée du Japon et leur engagement pour un suivi à long terme. Ces interventions personnalisées visent à agir concrètement sur la source principale de contamination de la renouée du Japon pour la réserve naturelle.

3) L’identification des interventions à réaliser en périphérie de la réserve, en ciblant les sources potentielles de contamination (les voies d’entrées), afin de limiter l’introduction de nouvelles colonies. Ces voies d’entrée sont notamment les cours d’eau tributaires, les routes et les accès.

 

Vous voulez en savoir plus sur les espèces exotiques envahissantes, cliquer ici.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *